21 mars 2014

Errements

Pourquoi me forcer? Pour faire plaisir à qui? A celle qui est désespérée par mon célibat et qui pense que je n'attire que les boulets? A celui qui me charrie souvent sur ma situation?
Certainement pas!

Je pense n'avoir jamais été autant fermée à la rencontre alors que je me sens paradoxalement plus seule que jamais.
Les rares personnes que j'ai pu croisé ces derniers mois, ont été classées automatiquement dans le dossier des personnes peu dignes d'intérêt. La première chose déplaisante scrutée par mon regard attentif et c'est... rédhibitoire. Exigeante?  Je crois que je n'ai pas envie de faire d'effort. A vrai dire, je ne sais pas trop quoi ni qui j'attends, ni quoi, ni qui je souhaite rencontrer.
Dans mon esprit, j'ai pourtant une liste aussi détaillée qu'une liste de courses de ma personne idéale. 
Mais la vraie question est-ce que je correspondrais, moi, à cette personne idéale, si un beau jour, l'envie lui venait de se montrer? Pas si sûre.

Depuis ce fameux 26 novembre 2013, je suis entrée dans une sorte de spirale qui me bouffe le moral. Il faut bien que les dates anniversaires servent à quelque chose. L'année dernière a été donc la remise en question. Je me pose plein de questions. Beaucoup de questions. Un tas de questions. 
Je suis partagée entre la motivation de me vider la tête en investissant mon temps et mon énergie dans des choses à faire et la certitude que je ne suis pas destinée à rester ici, alors à quoi bon de toute manière? Je jongle avec ces deux états d'esprits contradictoires. Mon humeur fait le yoyo. Et... c'est fatiguant.

Les éléments positifs de ces dernières semaines me tirent tout juste un sourire las.  Je dispose enfin entièrement de mon appartement. Les murs de la salle de bain et du seul placard situé dans l'entrée étaient abîmés suite à un dégât des eaux. Quand je constate le ratio final : temps à faire bouger l'entreprise pour qu'elle intervienne (10 mois) / temps de l'intervention (2 jours), je me dis que c'est triste. Breffons.
Et donc voilà que je trouve à nouveau de l'intérêt à de la décoration (meubles, accessoires). Parfois, je me dis que mon appartement, le 2e en 2 ans, est quand même chouette avec son balcon qui l'entoure, son absence de vis-à-vis, son orientation ouest et surtout sa grande cuisine séparée.

Les vacances tant attendues approchent et non je ne pars nulle part. C'est fou le nombre de gens qui posent la question. Elles vont être l'occasion de faire un tri gigantesque. Un tri dans mes papiers, dans mon courrier, dans mes fringues, dans mes affaires. Me connaissant, je pense que beaucoup de choses vont valser. Je n'ai jamais été d'humeur conservatrice. Si la réponse est non à la question est-ce que j'ai porté/eu besoin de depuis que je suis ici? Ce sera direction poubelle/déchetterie/relais. 
Je peux toujours me voiler la face en me persuadant que tout ira mieux après. 
Tout ira peut-être mieux après.

4 commentaires:

  1. C'est si bon de te retrouver et d'errer avec toi :)

    RépondreSupprimer
  2. Donc tu réécris sur ton blog ? C'est plutôt cool, tu as une belle plume.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je me suis relancée il y a quelques mois. Merci d'être toujours au rendez-vous.

      Supprimer